RDC - Bukavu : de plus en plus de jeunes fument (10/06/2010)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 19 août 2011.


- Bukavu : de plus en plus de jeunes fument

Avec la multiplication des bistros et des boîtes de nuit, de plus en plus de jeunes de Bukavu, à l’est de la RD Congo, se mettent à fumer, ce qui scandalise leurs parents. Ils y dépensent aussi beaucoup et mettent leur santé en danger.
« Je fume depuis un an, quand je suis avec les amis, le plus souvent quand nous sommes dans des bistros ou dans des boîtes de nuit, car mes parents me tueraient s’ils me voyaient fumer », confie Patty, jeune Bukavien de 16 ans environ, rencontré dans une buvette au rond-point Carrefour, une des principales places animées de la capitale du Sud-Kivu. De nombreux jeunes font de même, essentiellement des garçons. Seules quelques filles de joie fument dans les boîtes de nuit pour séduire les hommes.
Les parents considèrent les jeunes qui tirent sur les cigarettes comme des voyous, des enfants sans éducation. Jusqu’il y a environ dix ans, on ne voyait fumer que des personnes âgées. « Selon la tradition, seuls les vieux pouvaient fumer. Un vieux avec sa pipe, c’était un signe de sagesse. Dans notre culture, un enfant ne peut pas fumer, mais à présent on les voit faire, même les filles. C’est une dépravation des mœurs », estime un homme d’une cinquantaine d’années rencontré sur cette même place. Beaucoup pensent que ce changement de comportement vient de la multiplication, ces dernières années, des bistros et des boîtes de nuit de plus en plus fréquentés par les jeunes.

Pour avoir l’air branché
Ce dernier temps, ils sont de plus en plus jeunes – dès 15 ans - à se mettre au tabac. On les voit là où ils estiment être loin de la vue de leurs proches. Certains étudiants fument au campus.
La plupart de ces jeunes prennent des cigarettes sans savoir vraiment pourquoi. Pour la majorité, c’est pour faire comme les autres et se donner l’apparence d’un jeune branché, à la page, au diapason de ce qui se fait dans le reste du monde. « Je voyais toujours des gens fumer à la télé, souvent même des stars et un jour je me promenais avec un voisin et son cousin fumeur et j’ai vu que c’était un super look », raconte un jeune homme. « Je fume depuis le début de l’année académique : ça fait presque sept mois, explique aussi Manu, un jeune étudiant. On buvait avec des amis, certains fumaient. Puis un jour, j’ai essayé et j’ai trouvé cela pas mal. Je ne sais pas encore quand, mais c’est sûr qu’un jour j’arrêterai. »
Acheter des cigarettes coûte cher et tous ne peuvent pas le faire. « J’ai fumé pendant deux ans quand j’étais encore étudiant. Je profitais des frais académiques que les parents me donnaient pour boire et fumer. Cela fait deux ans que j’ai fini les études et je n’ai pas de travail, raconte Chirhu, un garçon de 28 ans. Si j’attrape quelques francs je peux seulement boire, mais plus fumer. Car pour la ’clope’ seule, je gaspillais près de 2 000 FC (environ 2 $) par jour ». La majorité reconnaît qu’elle ne fume pas chaque jour à cause du prix des cigarettes. Certains économisent de l’argent toute la semaine pour fumer le week-end quand ils sortent avec les amis.

Chère cigarette
Les médecins mettent en garde les fumeurs qui s’exposent à de graves maladies, surtout ceux qui fument tant de cigarettes qu’ils ne les comptent même pas. « La cigarette peut causer la pneumonie et le cancer des poumons, chez ceux qui fument sans modération et se nourrissent mal », rappelle Léon Mwema, infirmier dans un dispensaire de la commune de Kadutu.
Mais cette menace ne semble pas préoccuper grand monde. Lors de la célébration de la Journée sans tabac, le 1er juin, aucune activité n’a été organisée à Bukavu. Seule l’association Croix bleue présente une émission hebdomadaire contre le tabagisme sur les antennes de la Radio nationale. « La loi congolaise n’interdit pas le tabac dans les places publiques. Mais les fumeurs commencent à le faire à l’écart, fait observer un auditeur, à cause du matraquage des médias internationaux et de l’expérience de quelques pays voisins ».

Yves Polepole Syfia-grands-lacs 10/06/2010
http://www.syfia-grands-lacs.info/index.php?view=articles&action=voir&idArticle=1778

Haut de la page


Retour à « Tabacologie Congo (RDC) »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet