Cambodge - Les méfaits du tabagisme sur les paquets de cigarettes (28/01/2009)

Accueil du site www.tabacologue-afrique.fr > Tabacologie en Asie du sud-est > Tabacologie Cambodge > Cambodge - Les méfaits du tabagisme sur les paquets de cigarettes (...)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 15 août 2011.


- Les méfaits du tabagisme bientôt illustrés sur les paquets de cigarettes

En ratifiant le 25 novembre 2005 la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLA) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Cambodge s’est engagé à appliquer sur son territoire une batterie de mesures contre le tabagisme, au plus tard le 15 février 2009.
Le gouvernement cambodgien n’a donc plus que deux semaines pour engager les réformes nécessaires, parmi lesquelles l’obligation de mentionner clairement sur les paquets de cigarettes les risques liés à la consommation de tabac. Afin de manifester sa volonté d’appliquer ce traité international, le ministère cambodgien de la Santé a élaboré un projet de circulaire qui imposerait aux distributeurs de tabac de faire figurer sur les paquets de larges étiquettes affichant non plus seulement des petits avertissements écrits mais aussi des images sur les conséquences de la consommation de produits tabagiques. Un texte qui doit être paraphé prochainement par le Premier ministre Hun Sen mais sur lequel, étrangement, le gouvernement ne souffle mot, pas même aux industriels concernés.
Une circulaire gouvernementale pour se conformer à l’article 11 de la CCLA. L’article 11 de la CCLA oblige les 162 États l’ayant à ce jour ratifié (sur 168 signataires) à faire figurer des avertissements sanitaires, de préférence des images représentant les conséquences visibles des maladies liées au tabagisme, sur au moins 30 % de la surface des paquets de cigarettes. Le texte du traité fournit également aux États des indications claires sur les mesures à prendre pour combattre efficacement le tabagisme, que ce soit en matière de taxation, de réglementation des produits ou de lutte contre la contrebande de cigarettes.
En mai 2008, une réunion interministérielle était organisée avec l’OMS afin de réfléchir au contenu d’une circulaire sur les paquets de cigarettes, dont la rédaction est censée être désormais achevée. Ce projet de circulaire, dont nous avons obtenu une copie, irait plus loin que ce que stipule la CCLA : tous les paquets, sur au moins 50 % de leur surface, devront comporter un encart présentant une image en couleur accompagnée d’un message d’avertissement. Au total, six illustrations alternatives sont prévues, chacune montrant de façon explicite les principaux maux liés au tabagisme : cancer pulmonaire, emphysème, maladies cardiaques, congestion cérébrale, caries dentaires et conséquences néfastes du tabagisme passif sur l’entourage.
Dans les associations intervenant dans le domaine de la lutte contre le tabagisme, comme l’Adra (Adventist Development and Relief Agency), Keo Krisna, chef du programme « tabac ou santé » estime que les images préventives prévues, a priori, dans la circulaire gouvernementale, auront un impact réel sur le public et contribueront à réduire la consommation de tabac. « Quel que soit son mode de production, le tabac contient près de 4 000 substances chimiques. Or actuellement, le message d’avertissement frappé sur les paquets de cigarettes [ »La cigarette nuit à la santé", une phrase inscrite en petits caractères depuis juillet 1998] est minuscule et ne retient pas l’attention des fumeurs. De plus, certains citoyens illettrés ne le comprennent pas et ne savent donc toujours pas que le tabac comporte des substances toxiques.
Le docteur Yel Daravuth, agent national du programme « Initiative pour un monde sans tabac et pour la promotion de la santé » auprès de l’OMS se réjouit lui aussi de la perspective de cette mesure, qu’il considère comme un signe fort de la part du gouvernement en vue de faire respecter la CCLA... à condition qu’elle soit effectivement adoptée.
Singapour et la Thaïlande imposent déjà des avertissements sanitaires sur les parquets de cigarettes, ce qui permet d’informer leurs citoyens des effets nuisibles du tabac et de les inciter à réduire leur consommation rappelle le « monsieur antitabac » de l’OMS au Cambodge, partenaire du ministère de la Santé sur ce dossier.

Plusieurs dizaines de milliers de morts
La mesure serait en effet loin d’être anecdotique : elle permettrait de mener campagne directement auprès des quelque 1,9 million de fumeurs, dont 1,2 million d’hommes (soit 40 % de la population masculine adulte), que compterait le Cambodge selon un sondage réalisé en 2005 par l’Adra, l’OMS, l’Institut national de statistique et l’Université Loma Linda (USA).
« Le tabac est un assassin qui ne dit pas son nom, contrairement aux accidents de la route. Selon nos estimations, en 2007, 73 500 personnes sont mortes des conséquences du tabac au Cambodge », souligne Keo Krisna. Un constat alarmant que Yel Daravuth partage, qui assure que 90 % des cas de cancers des poumons sont causés par la cigarette.
La prévention est donc plus que jamais nécessaire, affirme Keo Krisna. Selon lui, les premières mesures déjà engagées, tant par les ONG que par les ministères, telles que la création de « zones non fumeurs » dans des établissements publics, hôpitaux, pagodes et écoles de plusieurs villes et provinces, auraient déjà permis de réduire la consommation de tabac.

L’industrie du tabac prête à collaborer
Le projet de circulaire fait toutefois à peine sourciller les responsables des sociétés qui produisent et commercialisent le tabac sur le marché cambodgien, qui se disent prêts à se plier à une nouvelle réglementation concernant le « packaging » de leurs produits. Par la voix de son directeur des affaires réglementaires au Cambodge et au Laos, Lim Kun, le géant multinational British American Tobacco (BAT), présent au Cambodge via une joint-venture avec une ancienne compagnie d’État depuis 1996, dit soutenir « totalement » la volonté du gouvernement cambodgien d’inscrire les dispositions générales de la CCLA dans ses législations et réglementations nationales. Le responsable souhaiterait toutefois simplement être tenu informé par les autorités et l’OMS d’un tel projet de circulaire, afin que l’ensemble des représentants de l’industrie du tabac au Cambodge soient impliqués dans son élaboration, s’il n’est pas trop tard. « La position de la BAT dans le monde ne va à l’encontre d’aucune disposition de tel ou tel pays pas plus que de tel ou tel traité de l’OMS... Mais puisque cette règle concerne l’industrie tabagique, celle-ci doit être invitée à fournir ses recommandations, ne serait-ce que pour faire connaître le temps dont elle a besoin pour l’appliquer », suggère le directeur, qui affirme que son groupe n’a jusque-là pas été invité à participer aux discussions sur ce texte avec l’OMS et le ministère de la Santé.

Quelques conseils clés pour renoncer au tabac
Dans le cadre de ses travaux, l’ONG Adra a lancé une campagne de sensibilisation auprès de ceux qui souhaitent arrêter de fumer. Condition essentielle : la détermination. Ensuite, explique Keo Krisna, responsable « antitabac » de l’organisation au Cambodge, les fumeurs doivent tenter de repousser progressivement le moment habituel auquel ils commencent à fumer. « S’ils ont l’habitude de fumer à dix heures du matin, ils doivent retarder la consommation de la première cigarette de 15 minutes. Puis, ils se mettent petit à petit à réduire leur consommation d’un paquet de cigarettes à la moitié par jour. En dernier lieu, ils doivent jeter les paquets de cigarettes utilisés et fuir la fumée de cigarette car celle-ci les pousse à reprendre. Si on leur offre une cigarette, il faut juste qu’ils remercient leur interlocuteur en lui disant clairement qu’ils ont arrêté de fumer », détaille Keo Krisna. Un processus de durée variable : entre une semaine et trois mois selon les fumeurs.

Duong Sokha 28/01/2009


Haut de la page

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet