Sénégal - Les prix du tabac majorés de 20 % (16/07/2018)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 16 juillet 2018.


- Les prix du tabac majorés de 20 %

Le prix du tabac au Sénégal sur initiative gouvernementale, vient de connaître une hausse de 20 %. Il s’agit d’une décision saluée par la Ligue sénégalaise contre le tabac qui y voit un moyen pour faire chuter la consommation du tabac au Sénégal. Cette dernière serait à l’origine d’une perte annuelle de 122 milliards de francs CFA supportée par l’État et les populations.
Depuis ce lundi 16 juillet 2018, le prix du tabac au Sénégal a connu une augmentation de 20 %. Celle-ci est conséquente à la hausse du taux de taxation applicable aux tabacs vendus dans le pays, qui passe de 45 % à 65 %. Cette décision du gouvernement est très appréciée des réseaux de lutte contre le tabagisme au Sénégal qui estiment qu’elle découragera la consommation. « Nous savons tous que la meilleure mesure pour faire baisser la prévalence du tabac est d’augmenter les taxes, et que pour avoir un impact réel sur la baisse de consommation toute augmentation doit être basée sur les prix de ventes », a annoncé la Ligue sénégalais contre le tabac (Listab) qui a d’abord indiqué qu’elle « salue cette décision, et encourage le gouvernement à toujours aller dans le sens de corser davantage les mesures qui peuvent avoir des impacts significatifs dans la baisse de la consommation du tabac » au Sénégal.
Dans un communiqué transmis aux médias, l’organisation a tenu également à dénoncer un dysfonctionnement par rapport aux taxes sur le tabac dans la sous-région ouest-africaine, exhortant à une action collective. « Nous constatons tous pour le déplorer que dans les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), le total des taxes, hors TVA, ne représente que 30 % du prix moyen de vente des cigarettes, alors qu’il est de 62 % en moyenne dans les pays de l’Union européenne (UE). Ce qui est en deçà du taux d’au moins 70 % fixé par la Convention cadre de lutte contre le tabac de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) », a déclaré la Listab.
Selon elle, en dépit des « fortes pressions » pour qu’elle ne soit pas appliquée, compte tenu du faible taux de taxation, il est urgent pour les États de l’espace CEDEAO, de mettre en application la nouvelle directive en la matière. « Les taxes qui sont appliquées sur les produits du tabac doivent représenter 70% ou plus de la valeur des produits, et que pour que cela ait un sens il faut nécessairement une harmonisation des deux directives de la CEDEAO et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) », a ajouté la Listab qui assure qu’elle compte poursuivre sa lutte dans ce sens.

Perte annuelle de 122 milliards de francs CFA
La consommation du tabac coûte chère au Sénégal. En plus d’être à l’origine de beaucoup de décès, elle cause des dommages économiques autant considérables. D’après une récente étude menée par le Consortium pour la recherche économique et social (CRES), le tabagisme coûte pas moins de 122 milliards de francs CFA à l’État du Sénégal et aux familles des victimes. Ce montant est réparti entre les dépenses liées aux soins (74 milliards de francs CFA) et les pertes de revenus dues à l’absentéisme au travail et aux décès des patients (48 milliards de francs CFA). Plus concrètement, « les ménages supportent 71 milliards de francs CFA des coûts par an et l’État dépense 51 milliards de francs CFA pour le traitement des patients souffrant des maladies liées à la consommation des produits du tabac », explique la Listab.
Pire, poursuit la ligue, le traitement des maladies non transmissibles imputables à la consommation des produits du tabac absorbe ainsi 17 % du budget alloué annuellement au secteur de la santé. Une perte très déplorable d’autant plus que l’industrie du tabac n’apporte à l’État sénégalais d’une enveloppe de 24 milliards de francs CFA soit 20 milliards de francs CFA de recettes fiscales et 4 milliards de francs CFA de revenus d’activité (salaires, bénéfices commerciaux, etc.). En d’autres termes, l’État gagnerait plus financièrement à bannir le tabagisme qu’à le maintenir. Quant à La Listab, elle « compte mener le plaidoyer au plus haut niveau afin qu’une partie des taxes tirées du tabac puisse servir à la promotion de la santé notamment la lutte contre le tabac ».

La Tribune Afrique 18/07/2018
https://afrique.latribune.fr/afrique-de-l-ouest/senegal/2018-07-18/senegal-les-prix-du-tabac-majores-de-20-la-societe-civile-salue-la-mesure-785519.html


Retour à « Tabacologie Sénégal »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet