Sénégal - Les stratégies d’ingérence de l’industrie du tabac mises à nue (09/03/2015)

Accueil du site www.tabacologue-afrique.fr > Tabacologie Afrique francophone > Tabacologie Sénégal > Sénégal - Les stratégies d’ingérence de l’industrie du tabac mises à nue (...)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 27 mars 2015.


- Les stratégies d’ingérence de l’industrie du tabac mises à nue

Pour faire face aux tentatives d’ingérence de l’industrie du tabac dans l’élaboration des politiques de santé, le ministère de la Santé, appuyée par l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires, a organisé, le 6 mars 2015, un atelier de sensibilisation des principaux acteurs de la lutte anti-tabac.
Malgré l’adoption d’une loi anti-tabac au Sénégal et au moment où des pays honorent leurs obligations en vertu de la Convention-cadre de lutte anti-tabac (CCLAT) qu’ils ont ratifiée, l’industrie du tabac est de plus en plus déterminée à préserver ses intérêts.
Cela, à travers des stratégies d’ingérence dans l’élaboration des politiques de santé. Face à cette pratique, le ministère de la Santé, en collaboration avec l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires, a organisé un atelier de formation et de sensibilisation à l’intention des acteurs de la lutte anti-tabac afin de développer leurs connaissances sur les stratégies d’attaque de l’industrie du tabac pour saper les efforts de la mise en œuvre de la Cclat.
Selon Daouda Adam de l’Union internationale de lutte contre la tuberculose et les maladies respiratoires, l’industrie du tabac est en train de déployer toute son énergie pour s’assurer que les lois et les textes règlementaires prévus par la Convention-cadre pour la lutte anti-tabac de l’Oms ne soient pas adoptés, soient inapplicables ou retardés.
« Pour ce faire, elle arpente les couloirs des différents ministères, invite les fonctionnaires, les influencent, proposent de petits financements aux organisations ou à l’État via des actions philanthropiques, alors qu’elles amassent beaucoup d’argent sur le dos de la santé des populations », a-t-il regretté.
Le Dr Omar Bâ, point-focal de la lutte antitabac au ministère de la Santé, a indiqué que, dans le souci de faire cesser la pratique de mise en garde sanitaire illustrée sur les paquets de cigarettes, l’industrie du tabac a commencé, depuis peu, à poursuivre les gouvernements en justice sur la base de traités bilatéraux d’investissements en arguant le fait que cette pratique gênait l’exploitation, par les fabricants, de leur marque légalement déposée. Il a ajouté qu’elle mène, parallèlement, une guerre sur d’autres fronts, notamment contre les initiatives prises par certains pays d’interdire de fumer dans les endroits publics fermés, à travers la publicité, la promotion, les parrainages, etc.
Pour le Dr Bâ, « en rupture dans les pays riches qui se protègent avec des règlementations de plus en plus restrictives, l’industrie du tabac progresse dans les pays en développement où elle rencontre peu ou pas de résistance à l’introduction de ses produits et dispose d’un énorme nouveau marché potentiel, particulièrement chez les jeunes et les femmes ».

Par Elhadji Ibrahima Thiam 09/03/2015
http://fr.allafrica.com/stories/201503092774.html

Haut de la page


Retour à « Tabacologie Sénégal »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet