Afrique - Vers une nouvelle stratégie de lutte contre le tabagisme (2002)

Accueil du site www.tabacologue-afrique.fr > Tabacologie Afrique francophone > Afrique - Vers une nouvelle stratégie de lutte contre le tabagisme (...)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 29 avril 2005.


- Vers une nouvelle stratégie de lutte contre le tabagisme

Le tabac est source de nombreuses affections mortelles et d’appauvrissement des populations qui en font usage (Vanoti et al., 2002 ; Dautzenberg et al., 2001 ; Van Audenhaege, 2000). Comme l’affirme si bien la Directrice Générale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Dr Gro Harlem Bruntland (Mackay et Eriksen, 2002) « le tabac est le plus grand tueur, plus grand que n’importe quelle autre forme de pollution ».
L’industrie du tabac innove tous les jours en stratégies nouvelles pour faire avancer sa domination et par conséquent son intention délibérée d’exterminer le monde (Piette, 2002 ; Landman et al., 2002). De nos jours, la question n’est pas seulement au niveau de ceux qui fument mais également de ceux qui se trouvent dans l’environnement immédiat des fumeurs ; nous voulons nommer le tabagisme passif (Coalition nationale contre le tabac, 2001 ; Van Audenhaege, 2002). Ceci dit, la lutte contre le tabac doit être menée par tous ceux qui souhaitent vivre dans un environnement sain et durable.
Il est important de reconnaître les innombrables efforts entrepris par les instances internationales et nationales se préoccupant de la question (IUHPE, 1999 ; WHO, 2000) à savoir : l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Union Internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé (UIPES), le Réseau Francophone International pour la Promotion de la Santé (REFIPS), l’Observatoire du Tabagisme en Afrique (OTAF), les Centers for Disease Control des États-Unis (CDC), Santé Canada, etc.
C’est dans ce cadre que l’UIPES, soutenue par ses différents partenaires, a entrepris une analyse de la question du tabac afin de trouver les méthodes justes, à même d’aider à faire reculer ce fléau qu’est le tabagisme. L’Union Internationale de Promotion de la Santé et d’Éducation pour la Santé (UIPES) en choisissant l’Afrique comme la cible de ses actions, marque ainsi son accord avec le constat actuel des chercheurs et experts de la question du tabagisme selon lequel l’industrie du tabac a choisi comme nouvelle cible l’Afrique pour faire avancer sa stratégie destructrice de l’humanité (Lachance, 2002). L’UIPES dans cette optique a organisé à Ouidah (Bénin) les 3, 4 et 5 novembre 2002, un séminaire de réflexion qui a regroupé des professionnels des médias et de la santé des pays francophones d’Afrique. Suite à cet important événement et grâce au succès qu’il a connu, de jeunes professionnels en promotion de la santé ont choisi de poursuivre les acquis afin de faire avancer au Bénin la stratégie de lutte contre le tabac.

Le tabagisme dans le monde
Le tabagisme a gagné le monde entier, bien entendu de façon variable selon les régions (Mackay et Eriksen, 2002). Au moment où dans la population des personnes âgées on peut observer des abandons du tabagisme, c’est un mouvement inverse que l’on observe au niveau des jeunes et des adolescents dont le taux va croissant (Martinet, 2002 ; Homl et al., 2003). Par ailleurs, les femmes sont de plus en plus identifiées comme de grandes consommatrices du tabac. En effet, Mackay et Eriksen (2002) mentionnent que les femmes dans les pays développés consomment le tabac dans une proportion de 20 % et au delà. Dans tous les cas, les jeunes filles et les femmes constituent une cible privilégiée de l’industrie du tabac. La plupart des messages de promotion du tabac sont orientés, souvent à grands frais, vers ce public. Cette publicité est d’autant plus efficace qu’elle touche des valeurs sensibles de ces sujets en termes de liberté, émancipation, minceur, prestige et richesse (Mackay et Eriksen, 2002 ; Schiaffino et al., 2003).
Pendant que les pays développés engagent une lutte sans précédent contre l’industrie du tabac (Lachance, 2002 ; Rathjen et Gauvin ; Pettiaux, 2001 ; Baudier, 2001), les pays en voie de développement – en particulier l’Afrique – restent sans réaction.
L’industrie du tabac s’est alors tournée vers l’Afrique avec des méthodes dramatiques de propagande profitant énormément de la situation de précarité de ce continent (UIPES, 2002). Pour plusieurs raisons, l’Afrique surtout celle francophone connaît une situation jusque là des moins avancées dans le domaine du tabagisme. Mais force est de constater de nos jours que suite à cette intensification des stratégies mercatiques de l’industrie du tabac (Déclaration de Montréal sur le contrôle du tabac, 2002 ; Lachance, 2002), on observe une augmentation significative de la consommation du tabac dans la population générale et en particulier au sein des jeunes (Lachance, 2002). Mais au même moment aucune disposition n’est prise dans les pays africains francophones pour contrer ce fléau qui se positionne sur leurs territoires (UIPES, 2002 ; Lachance, 2002). Les autorités politiques ferment les yeux sur les pratiques malsaines de l’industrie du tabac allant du parrainage, du sponsoring à la distribution de cigarettes à travers les rues des villes et campagnes des pays africains comme l’ont rapporté les participants du séminaire de l’UIPES sur « la crise croissante du tabagisme en Afrique francophone » (UIPES, 2002).
Il est heureux de constater que la communauté internationale n’est pas restée inactive face à cette avancée de l’industrie du tabac.

Plusieurs actions sont menées
Plusieurs actions sont menées par différents acteurs dans le but de freiner l’allure de ce mal mondial. Nous mentionnons entre autres la création par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) du département « Initiative sans Tabac Tobacco Free Initiative ») qui développe depuis sa création plusieurs initiatives dans le but de contribuer à libérer les populations de l’emprise du tabac. Une série d’action ayant des effets durables sur le tabagisme a été identifiée par l’OMS en collaboration avec la Banque Mondiale et des experts en la matière (Mackay et Eriksen, 2002) et qui est libellée comme suit :
1. accroissement des taxes sur le tabac ;
2. interdiction de la publicité du tabac, le parrainage et la mercatique ;
3. l’interdiction de fumer sur les lieux publics et lieux de travail ;
4. large accès aux moyens d’abandon du tabagisme ;
5. solide contre-propagande et
6. un contrôle étroit de la contrebande.
C’est dire que la destination de notre action est connue et le chemin pour y arriver est également connu. Il faut noter que pour ces différentes dispositions le rôle et l’engagement des Etats constituent la pierre angulaire de l’efficacité de la lutte contre le tabagisme. Il est aussi évident qu’il reste beaucoup à faire et les gouvernements en Afrique n’ont pas encore toutes les ressources pour engager cette lutte même si la volonté politique y est par endroits. Si l’on veut une efficacité dans la lutte contre le tabagisme surtout au sein des jeunes, il faudra élaborer de nouvelles stratégies pour accompagner les campagnes de sensibilisation traditionnelles a souligné le Dr Stanton Glantz cité par H. Rathjen et L. Gauvin.
Comme dans beaucoup d’autres situations, nous croyons au rôle prépondérant que pourraient jouer les Organisations Non Gouvernementales (ONG) dans la lutte contre le tabagisme en Afrique en général et au Bénin en particulier. C’est la raison qui sous-tend l’initiative de quelques professionnels béninois de la promotion de la santé regroupés au sein de l’ONG « Santé Bénin » dans l’élaboration d’un programme de lutte anti-tabagique dont nous dévoilons ci-après les principales rubriques.

Programme de lutte anti-tabagique de l’ONG « Santé Bénin »
Notre lutte n’est pas dirigée contre les personnes mais contre le tabac et toutes les formes de sa promotion dans les populations béninoises incitant à l’adoption de comportements nuisibles à la santé des utilisateurs ainsi que de ceux de l’environnement immédiat surtout à domicile et sur le lieu de travail.
De façon bien planifiée avec une chronologie bien étudiée suivant les principes de la promotion de la santé, nous allons aborder les différentes rubriques ci-après :
– Recherche - Action au démarrage de l’action et tenue d’un fichier actualisé de façon périodique permettant la mise à disposition de données statistiques pour évaluer effectivement l’ampleur de la situation ;
– Élaboration de propositions de lois et réglementations de lutte anti-tabagiques à soumettre aux autorités compétentes (Ministères Santé, Finance, Agriculture et Éducation ; Parlement, Communes, etc.) ;
– Constitution d’un groupe de lobbying (plaidoyer) pour soutenir l’adoption des différentes lois et réglementations ;
– Actions intensives de contre-propagande contre le tabagisme ;
– Actions intensives de communications sociales utilisant les canaux les plus pertinents selon les résultats de la recherche formative dans chaque région du pays ;
– Initiation de recherches épidémiologiques et de promotion de la santé relatives au tabagisme en milieu africain béninois ;
– Suivi-évaluation des actions et recadrage des actions.
L’impact de la promotion de comportements sains face au tabagisme dans le contexte béninois où les autorités sont déterminées à soutenir des actions concrètes est chose possible (UIPES, 2002).

David Houéto, médecin, nutritionniste et promoteur de la santé
ONG Santé Bénin 07 BP 1411 Cotonou Bénin.
Courriel : houetod@hotmail.com
Charles Kassa, sociologue anthropologue
ONG Santé Bénin
Courriel : waarofr@yahoo.fr

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet