Côte d’Ivoire - Le sponsoring du tabac n’est pas une fatalité (01/09/2002)

Accueil du site www.tabacologue-afrique.fr > Tabacologie Afrique francophone > Tabacologie Côte d’Ivoire > Côte d’Ivoire - Le sponsoring du tabac n’est pas une fatalité (01/09/2002)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 30 avril 2005.


« On peut se passer d’eux ! » En Côte d’Ivoire, des organisateurs de manifestations destinées au jeune public refusent désormais d’être sponsorisés par des marques de cigarettes.


- Le sponsoring du tabac n’est pas une fatalité (01/09/2002)

Coup dur pour les fabricants de cigarettes en Côte d’Ivoire. Depuis le début de la crise, en septembre 2002, l’industrie et le commerce du tabac sont au point mort.
A Bouaké, la Société Ivoirienne des Tabacs (Sitab), qui distribue toutes les marques de cigarettes vendues dans le pays, a mis presque tous ses agents (300) au chômage technique. « Nous assurons seulement une permanence pour que les machines ne s’abîment pas et s’arrêtent définitivement, confiait Berthe Adou, responsable de communication de la Sitab. Nous étions en pleine caravane de la mode avec le styliste ivoirien Gilles Touré qui devait sillonner tous les quartiers d’Abidjan et des villes de l’intérieur du pays, quand la crise est survenue. Évidemment, nous avons arrêté toute activité de sponsoring et de partenariat ». Mais, ajoute-t-elle, une série de manifestations est prévue dès le retour au calme.
Malgré cette défection des firmes du tabac, souvent présentées comme incontournables dans le sponsoring culturel ou sportif, les manifestations destinées aux jeunes n’en continuent pas moins dans les dix communes d’Abidjan et dans le pays sauf dans les zones assiégées.
Certaines communes n’avaient d’ailleurs pas attendu la crise pour se passer de ce soutien empoisonné. Celle de Koumassi, par exemple, organise chaque vendredi, depuis deux ans, une émission-spectacle grand public gratuite qui attire des milliers de jeunes.

D’autres partenaires
Des artistes de renommée internationale comme Aïcha Koné ou Gadji Celi ont déjà participé à cette émission diffusée par Radio N’Gowa. Elle est financée par des partenaires très divers : entreprises de décoration, fabricants de cosmétiques, maisons de disques, de distribution de cassettes et de CD qui font ainsi la promotion de leurs artistes.
Par principe, explique M. Wayoro Guy-Charles, directeur du service socioculturel de Koumassi, le maire et son équipe, depuis leur prise de fonction en 2000, demandent d’éviter d’associer les firmes du tabac et des boissons alcoolisées à ces manifestations. De tels spectacles qui drainent au moins 2000 jeunes sont pourtant convoités par les firmes du tabac, intéressées par toute activité qui rassemble au moins 500 jeunes.
Toutefois, Koumassi n’a jamais refusé de céder son stade de plein air à Marlboro pour sa caravane dite « La route de l’aventure » qui a lieu chaque année pendant les vacances scolaires. Pourquoi deux poids deux mesures ? « C’est la ville d’Abidjan qui gère les panneaux publicitaires et ce genre d’activités. Puisque Marlboro sillonne toute la Côte d’Ivoire, c’est la firme qui organise son activité et nous ne faisons qu’accepter que ça se passe aussi dans notre commune, une animation de plus, surtout pour ne pas pénaliser ceux de chez nous qui y participent ». Une voiture 4x4 est offerte comme gros lot. Les participants qui doivent avoir plus de 18 ans selon le règlement trouvent les formulaires d’inscription dans les paquets de cigarettes.
À Marcory, une autre commune d’Abidjan, le président d’une association de jeunes, M. Atéa Ladji Bruno, se flatte en cinq ans d’activité de n’avoir jamais sollicité l’aide d’une marque de cigarettes pour organiser les tournois de football inter-quartiers, les concours de beauté et autres spectacles quelquefois retransmis à la télévision.
Même refus de la part du responsable de la section Jeunesse Étudiante Catholique (Jet) de la Paroisse Notre Dame de Prodromo, dans le diocèse de Grand Bassam. « Avant on sollicitait, auprès des entreprises de cigarettes, des gadgets pour récompenser les gagnants des jeux qu’on organisait. Mais nous avons décidé de ne plus faire leur publicité. Personnellement, je refuse de porter tout ce qui vient du tabac ». C’est d’ailleurs sans leur soutien que la section a célébré ses 25 ans d’existence. Les 3 millions de Fcfa nécessaires à l’organisation de cette semaine de fête qui a réuni des milliers de personnes ont été obtenus auprès de divers donateurs, de la municipalité et de la première dame de Côte d’Ivoire.

Des activités saines
« Nous sommes généralement sponsorisés par Coca-cola et autres, jamais par une marque de cigarettes. Nous avons compris que la cigarette fait plus de mal que de bien et venant d’Abidjan nous voulons organiser des activités saines pour les populations rurales », soutient lui-aussi Koffi William, membre d’une association qui organise un tournoi de football très populaire à Ebilassokro, à l’est de la Côte d’Ivoire.
La même politique a été adoptée par les responsables du Palais de la culture d’Abidjan où toute affiche et activité impliquant le tabac et/ou l’alcool comme partenaires sont interdites.
Même isolées, les réactions de ces organisateurs de manifestations témoignent d’une certaine prise de conscience des dangers de la cigarette et surtout de la contradiction qu’il y a à faire financer les distractions des jeunes par des entreprises dont la production nuit gravement à leur santé.

Etilé Aimah Syfia International
20 rue du Carré-du-Roi 34000 Montpellier - France
www.syfia.com


Haut de la page
Retour à Tabacologie Côte d’Ivoire

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet