Sénégal - Le tabac est une forme d’esclavage (05/05/2012)

Accueil du site www.tabacologue-afrique.fr > Tabacologie Afrique francophone > Tabacologie Sénégal > Sénégal - Le tabac est une forme d’esclavage (05/05/2012)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 18 juin 2012.


- Le tabac est une forme d’esclavage

Le tabac introduit dans les pays en développement est une forme d’esclavage entretenue par les fabricants de ce produit, qui sont fortement présents en Afrique, a soutenu vendredi le président la Ligue sénégalaise de lutte contre le tabac (LISTAB), le docteur Abdoul Aziz Kassé.
« Les enfants du continent et de la Diaspora doivent se lever comme un seul homme pour rompre les chaînes de l’esclavage imposé par les industries du tabac, qui récoltent 600 milliards de francs CFA par an dans nos pays », a dit le docteur Kassé, lors du lancement d’une campagne anti-tabac, à la Maison des esclaves de Gorée.
Cette campagne déroulée par la LISTAB se poursuivra jusqu’au 31 mai, date à laquelle est célébrée chaque année la Journée mondiale de lutte contre le tabac.
« ’Les pays riches refusent de se plier à cette arnaque et toutes ces compagnies se retournent vers nos pays, avec de graves complicités locales », a dénoncé Abdoul Aziz Kassé.
L’industrie du tabac est, aux côtés de la téléphonie mobile, de l’agro-alimentaire et du secteur bancaire, l’une des plus florissantes en Afrique. Pour lancer sa campagne anti-tabac, la LISTAB a choisi Gorée, un lieu plein de symboles pour avoir été le point de départ d’esclaves africains emmenés en Amérique, pour travailler dans les plantations, selon les historiens. « ’C’est ici à Gorée que tout a commencé. En effet, Isabelle de Castilla, impératrice d’Espagne, avait envoyé Christophe Colomb lui chercher des épices en Inde. Le navigateur s’est perdu et a ramené à la cour d’Espagne des feuilles de tabac », a rappelé le docteur Kassé. Les feuilles de tabac ont ainsi été utilisées pour le commerce des esclaves, a-t-il expliqué, rappelant que ces mêmes esclaves étaient déportés aussi vers des terres de production de tabac. « C’est le produit de la chair et du sang des esclaves que les maîtres nous ont revendu pour bâtir la richesse de leurs empires. Ce crime a duré longtemps et a entaillé durablement nos chairs [...] », a-t-il ajouté, invitant « les enfants du continent et de la Diaspora » à « vaincre l’esclavage imposé par l’industrie du tabac ».
Les militants de la ligue anti-tabac appellent les religieux sénégalais à faire de chaque prière une occasion de dire « non au tabac, un non de tous les instants ». La lutte contre l’industrie du tabac doit aussi être l’affaire des politiques, qui ont juré de servir leur nation, selon le docteur Kassé.
« L’État du Sénégal a la lourde charge, après avoir ratifié la Convention-cadre contre le tabac, de la traduire en textes de loi pour protéger la veuve et l’orphelin », a affirmé Abdoul Aziz Kassé, qui a préconisé davantage de vigilance pour contourner les agissements de l’industrie du tabac. Le président de la LISTAB prêche aussi la persévérance dans l’effort contre le tabac, qui est nuisible à la santé humaine.
La ligue anti-tabac, qui regroupe 15 associations, a aussi invité les communicateurs traditionnels sénégalais à s’approprier les messages devant servir de rétroviseurs aux décideurs, qui ont promis de protéger leurs concitoyens des choses nuisibles comme le tabac. Les travailleurs, dans les entreprises et les autres lieux de travail, doivent aussi travailler dans ce sens, pour aménageant des espaces sans tabac, estime la LISTAB.
« La société civile est interpellée. Tout le monde est interpellé. C’est une lutte qui concerne tous les citoyens », a dit le représentant du maire de Gorée à la cérémonie de lancement de la campagne anti-tabac, le docteur Mandiaye Ndoye de la commission santé du conseil municipal de l’île. Il a remercié la LISTAB d’avoir pris l’initiative de démarrer la campagne anti-tabac par la commune de Gorée. « Cet acte est symbolique, puisque de cette mythique bâtisse sont partis des milliers d’esclaves qui ont cultivé les champs de tabac en Amérique et en Europe », a expliqué M. Ndoye.
Les militants de LISTAB ont rencontré l’imam de la mosquée de Gorée qui, dans son sermon de la prière du vendredi, a rappelé aux fidèles qu’un bon musulman doit préserver sa santé de « tout ce qui peut [la] perturber », y compris le tabac.

Agence Presse Sénégalaise La rédaction (www.leral.net ) 05/05/2012
http://www.leral.net/Le-tabac-est-une-forme-d-esclavage-imposee-par-les-fabricants-selon-le-president-de-la-LISTAB_a37857.html

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet