Togo - Éradiquer le tabagisme (10/06/2011)

Le site www.tabacologue-afrique est destiné aux professionnels de santé africains. Article mis en ligne le 5 décembre 2011.

- Togo - Éradiquer le tabagisme
L’ACTA, l’ANCE et le REJAT demandent au gouvernement d’appliquer entièrement la CCLAT et la loi du 29 décembre 2010.
Le monde entier a célébré la journée mondiale sans tabac le 31 mai 2010. Une journée qui n’a pas laissé indifférentes les organisations de la société civile togolaise, luttant contre le tabagisme. L’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA), l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement Togo (ANCE - Togo) et le Réseau des Journalistes Anti-tabac au Togo (REJAT-Togo) en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le ministère togolais de la Santé ont organisé une conférence – débat le mardi 31 mai 2011 à l’Hôtel Ibis de Lomé.
Placée sous le thème « La Convention de l’OMS pour la lutte anti-tabac (CCLAT) », cette rencontre a vu la participation des médecins, des journalistes, des organisations de la société civile et autres…
Pour M. Ebeh Fabrice KODJO, secrétaire exécutif de l’ACTA, cette journée mondiale sans tabac doit interpeller tous les acteurs de lutte à veiller aux respect scrupuleux de la CCLAT, à voir les chiffres du phénomène du tabagisme au Togo. Le directeur de la Santé, représentant du ministre de la Santé, le gouvernement sera toujours aux cotes des organisations de lutte contre le tabagisme pour un meilleur résultat.
Pour une meilleure lutte contre le tabagisme au Togo, lesdites organisations demandent au gouvernement d’appliquer entièrement la CCLAT et la loi du 29 décembre 2010. Lisez plutôt !

Communiqué de presse
La Convention cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) a été adoptée sous l’égide de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour freiner la dévastatrice épidémie mondiale du tabagisme dans le monde. La prévalence du tabagisme au Togo tourne autour de 31,3 % et la consommation du tabac se généralise de plus en plus, en particulier chez les jeunes avec un taux de prévalence de 14 %. La CCLAT est entrée en vigueur en 2005. Aujourd’hui, 172 parties représentant environ 87 % de la population mondiale l’ont ratifié. Ce traité des Nations Unies connaît donc une très belle réussite. Cette convention a été ratifiée par le Togo le 15 novembre 2005.
La CCLAT définit des étapes spécifiques que les gouvernements doivent suivre pour lutter contre le tabagisme, notamment les suivantes :
• Adoption de mesures fiscales et financières afin de diminuer le tabagisme
• Interdiction de toute publicité en faveur du tabac, de toute promotion et de tout parrainage
• Création d’espaces publics et de lieux de travail sans fumée
• Ajout de grandes mises en garde sanitaires sur les emballages des produits du tabac
• Lutte contre le commerce illicite des produits du tabac
La réussite de la CCLAT concerne également les mises en garde sous forme d’illustrations ajoutées aux emballages des produits du tabac. Aujourd’hui, 41 juridictions internationales requièrent l’utilisation de tels avertissements. Par exemple, l’Uruguay impose l’ajout d’étiquettes couvrant 80 % des emballages et le Canada, premier pays à instaurer une telle mesure, intègre des mises en garde couvrant 75 % des emballages. Le gouvernement australien a proposé des avertissements qui couvriraient 82,5 % des emballages des produits du tabac. En Afrique, L’Île Maurice a adopté des avertissements sanitaires qui couvrent 65 % des deux faces principales des paquets de cigarette. Le Togo ne saurait être en marge de ce processus.
Par ailleurs, la loi togolaise du 29 Décembre 2010 portant production, commercialisation et consommation du tabac et de ses produits dérivés au Togo a prévu la création d’espaces non fumeurs avec quelques restrictions où la loi admet des espaces aménagés pour les fumeurs. L’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA), l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), et le Réseau des journalistes pour la lutte anti-tabac au Togo (REJAT), demandent au gouvernement d’appliquer entièrement la cette loi,
Toutefois, la CCLAT doit faire face à de nombreux obstacles, générés par l’industrie du tabac. Étant donné la hausse des revenus et de la population dans les pays en développement, l’industrie s’intéresse à ces territoires et attaquent les gouvernements qui osent s’opposer à elle. Le tabagisme est un facteur de risque majeur des maladies non transmissibles (MNT), qui entravent de plus en plus le développement et menace la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en 2015. Un rapport de l’OMS publié lors d’une réunion des ministres de la Santé à Moscou, en Russie, au mois d’avril, a confirmé cette tendance.
Pour contrecarrer ces défaillances, l’ANCE-Togo, l’ACTA et le REJAT demandent que la CCLAT soit reconnue comme un outil majeur permettant d’optimiser la santé et le développement au Togo. D’éminents chercheurs, notamment la prestigieuse revue médicale The Lancet, ont identifié la mise en œuvre de la CCLAT comme la mesure la plus efficace et rentable de lutte contre les maladies non transmissibles (MNT). Ces dernières sont responsables des deux tiers des décès dans le monde et ont été qualifiées d’« urgence de santé publique qui évolue lentement » par Ban Ki-Moon, le secrétaire général des Nations Unies.
En septembre, les Nations Unies hébergeront le Sommet sur les MNT, qui vise à établir une feuille de route internationale dans la lutte contre les MNT. Suite aux recommandations des consultations régionales de l’OMS et de la conférence de Moscou, l’ANCE-Togo, l’ACTA et le REJAT invitent le Togo à insister sur la nécessité de la mise en œuvre de la CCLAT lors du Sommet sur les Maladies non transmissibles.
L’ANCE-Togo, l’ACTA et le REJAT, demandent le renforcement de la coopération interministérielle et notamment entre le Ministère de la Santé, le Ministère du Commerce, le Ministère de l’Économie et des Finances, le Ministère de la Justice, le Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, le Ministère de la Sécurité, le Ministère de la Communication, le Ministère des Enseignements Primaires et Secondaires, etc. pour la mise en œuvre de la CCLAT et de la loi du 29 Décembre 2010 portant production, commercialisation et consommation du tabac et de ses produits dérivés au Togo. Ce n’est qu’à ce prix qu’on pourra sauver des vies humaines et promouvoir le développement durable de notre cher pays.

Ayeko Isidore Tél. : 00228 9287403 10/06/2011
http://izyko-blog.africaciel.com/afrique/art-12525-index.html

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | | Nous écrire | Espace privé | Informations légales | © Copyright 2007 2019 Afdet